Actualités

ARMES À FEU Fin de non-recevoir à la Commission

ARMES À FEU Fin de non-recevoir à la Commission
Une forte mobilisation a permis d'éviter que les armes à feux ne soient touchées par les mesures très restrictives prises après les attentats © Vincent Piednoir

Pas une minute ne passe sans que les chasseurs ne soient visés… Depuis les attentats qui ont principalement meurtri la France, les mesures pour lutter contre le terrorisme ne cessent, à juste titre, de se renforcer. En revanche, la décision de la Commission européenne sur les armes à feu au lendemain des attentats du 13 novembre en avait surpris plus d’un. En voulant instaurer des mesures très restrictives envers les deux millions d’utilisateurs légaux d’armes à feu, elle s’en prenait directement aux tireurs sportifs mais aussi aux chasseurs de toute l’Europe. Ses desiderata ? De nouvelles contraintes sur la taille des chargeurs et sur les dérogations exclusivement limitées aux compétitions sportives mais aussi la suppression de la catégorie D qui aurait conduit au classement de toutes les armes à feu, y compris celles de chasse, dans un régime lourd.

 Cette requête a soulevé l’ire des chasseurs et tireurs de l’Union européenne considérant cette modification de la directive comme étant un acharnement contre celles et ceux qui assouvissent leur passion dans un cadre strictement légal et déjà très restrictif. Aussi, le Comité Guillaume Tell, la Fédération européenne des chasseurs (Face) et toutes les organisations européennes et nationales se sont mobilisés afin de s’opposer à cette modification qui, selon eux, ne se concentre pas sur les vrais enjeux de sécurité publique dont la traçabilité des armes. Ces organismes prônent la non-implication des détenteurs d’armes à feu dans les actes de terrorisme et de criminalité organisée. Ces efforts ont payé ! La commission du Marché intérieur et de la protection des consommateurs (Imco) du Parlement européen a empêché l’application de ces contraintes supplémentaires.

 Un seul point reste en suspens néanmoins : le classement de certaines armes à feu semi-automatiques en catégorie A (en fonction de la longueur de l’arme). Ce point d’achoppement sera au centre des prochaines négociations avant le vote en séance plénière au Parlement européen en novembre. La vigilance est de mise.