Actualités

Bécasse des bois Une saison qui s'annonce bien

Bécasse des bois Une saison qui s'annonce bien
La bécasse sensible à la douceur de nos hivers a tendance à rester dans le nord de l'Europe © Olivier Buttin

On ne le répète jamais assez : la bécasse n’est pas un capital inépuisable et il convient donc aux chasseurs de faire preuve de la plus grande prudence. Car c’est un fait que, depuis la raréfaction – quand ce n’est pas la disparition du petit gibier sédentaire – , la bécasse fait souvent l’objet d’une pression de chasse déraisonnable et pas seulement en France (rappelons qu’il y a entre 800 000 et un million d’oiseaux qui sont tués chaque saison dans notre pays). Et ce n’est pas parce que la saison a débuté sous les meilleurs auspices qu’il faut perdre toute raison. En effet, la reproduction en Russie (principal pourvoyeur des bécasses – environ les trois quarts – qui arrivent en France, le reste provenant de Scandinavie) a été plutôt bonne, selon Yves Ferrand, ingénieur à l’ONCFS et l’un des meilleurs spécialistes de notre migratrice.

 Les raisons ? Un été assez humide qui a permis aux bécasses de se nourrir sans difficultés et un hiver 2014-2015 clément qui a préservé nombre de reproducteurs… Autre tendance forte de ces dernières années : réchauffement climatique oblige, les habitudes migratoires des bécasses changent. En effet, grâce au programme de baguages et maintenant de balise Argos (12 oiseaux en ont été équipés), les parcours de migrations sont de plus en plus précis. S’il y a une quinzaine d’années, les bécasses arrivaient chez nous dans la première quinzaine de novembre, aujourd’hui, c’est plutôt dans la seconde quinzaine. En outre, bonne reproduction ne veut pas dire forcément plus de bécasses en France, car si l’hiver est doux dans toute l’Europe comme cela a été le cas l’année dernière, nombre d’oiseaux sont restés dans le Nord « et n’ont pas cherché à pousser leur route plus loin », souligne Yves Ferrand avant de conclure : « le centre de gravité pour l’hivernage a tendance à remonter vers le Nord. Cela paraît inéluctable ».