Culture

Montbel L’art de l’affût littéraire

Montbel L’art de l’affût littéraire
Fondateur de la librairie, Emile de Montbel (1896-1957) était passionné par la chasse, les chevaux et les livres. Il a versé ses propres ouvrages pour constituer le fonds de la librairie © Collection Editions de Montbel

C’est la plus ancienne et la plus importante librairie cynégétique francophone. La maison de Montbel – que les lecteurs de “Jours de Chasse” connaissent bien! – célèbre son 70e anniversaire…

Dans l’introduction à sa monumentale Bibliographie des ouvrages français sur la Chasse (1934), Jules Thiébaud écrit : « Les livres sur la chasse sont peut-être, parmi les ‘‘spécialités” de la bibliophilie, celle qui réunit le plus d’amateurs et qui a produit le plus grand nombre de collectionneurs acharnés. Les raisons en sont faciles à discerner : la principale est que la passion de la chasse, qui est fort vive, vient s’ajouter à celle de l’amour des livres, qui ne l’est pas moins. Les chasseurs se plaisent à retrouver dans la lecture, pendant les mauvais jours, les souvenirs de leurs joies de plein air. On commence par quelques livres didactiques, auxquels viennent se joindre les ouvrages anecdotiques des Foudras, des Cherville et de leurs émules ; très vite se trouvent ainsi rassemblés une centaine de volumes. Le goût de la collection ne tarde pas à entrer en jeu, et nombreux sont les chasseurs bibliophiles qui sont alors tentés de réunir tout ce qui a été publié sur le sujet qui les intéresse particulièrement. »

 Figure incontournable de la bibliophilie cynégétique française, Jules Thiébaud évoque ainsi, en quelques lignes, la genèse d’une passion dont l’avènement remonterait au moins à la fin du Moyen Âge. En feuilletant le millier de pages que compte sa Bibliographie, le novice comme l’initié peut à loisir traverser ces siècles qui contribuèrent à honorer, par le livre, l’extrême richesse intellectuelle et esthétique à laquelle le noble déduit fut toujours associé. De fait, si le collectionneur de haut vol s’efforce d’y quêter en fin limier la voie de quelque traité remarquable par sa rareté, rien n’interdit à l’amateur moins éclairé de pénétrer cette épaisse forêt de références à la billebaude, dans l’espoir de lever, tel un lièvre gîté, le titre qui rejoindra peut-être un jour les trophées de sa propre bibliothèque… Plaisir de parfaire son érudition, plaisir d’explorer la vivante mémoire de la littérature cynégétique ou plaisir de rêver, simplement, à l’acquisition d’un ouvrage qui émeut par sa beauté matérielle :  en fréquentant “le Thiébaud”, nul ne peut, en tout état de cause, faire vraiment buisson creux !

 Située rue de Courcelles, dans le VIIIe arrondissement de Paris, la Librairie de Montbel inspire au visiteur  – fût-il ou non chasseur – un sentiment très analogue à celui que l’on éprouve en parcourant la Bibliographie de Thiébaud...Lire la suite...