Sur le terrain

Du côté des chiens… Un guerrier nommé jack russell

S’il est un chien qui peut se targuer d’être à la page, c’est bel et bien le jack russell. En milieu urbain, il n’est de quartiers où l’on peut croiser ce petit chien, bas sur pattes, semblant prendre un vif plaisir à insulter ses congénères – surtout s’ils font dix fois sa taille ! C’est le chien de nombreux people qui l’exhibent comme un talisman. À la campagne, il n’est de propriété où l’on n’en aperçoit un, toujours en alerte, infatigable, au caractère bien trempé ; un caractère qu’il justifie pleinement à la chasse.

 

Lire la suite »
Sur le terrain

Vallée de l'Epte, terre de faisans sauvages

À la limite de l’Île-de-France et de la Normandie, un GIC s’est attelé à la réintroduction du faisan. Une opération en passe d’être un succès grâce à une discipline et un piégeage rigoureux.


La vallée de l’Epte ne peut laisser indifférent l’historien, car cet affluent de la rive droite de la Seine fut la frontière historique entre la Normandie et l’Île-de-France, objet de bien d’enjeux, de conflits, de pillages au Moyen Âge ; et c’est ce qui explique qu’elle rassemble autant de fortifications et de maisons fortes.

Lire la suite »
Sur le terrain

L’épagneul français, à l’abri des tendances

Moins répandu que son cousin l’épagneul breton, il est une des plus vieilles races françaises. On apprécie chez ce chien de chasse son côté attachant, élégant et rustique. Une race à redécouvrir.

 

Lire la suite »
Sur le terrain

Faisans dans un jardin anglais

L‘auteur de “la Chasse verte”, Gérard Pasquet, a mis toute son expérience de gestionnaire de petit gibier au service d’un territoire de 43 hectares situé en Sologne.
Ses résultats sont plus que convaincants alors qu’il n’en est qu’à sa deuxième saison.

 

Lire la suite »
Sur le terrain

Gestion de faisans dans le Perche

Avec opiniâtreté, passion et ténacité, Luc Avisseau a réussi à réunir et à gérer un territoire de petit gibier de plus 800 hectares dans le Perche. Pourtant l’affaire paraissait mal engagée car, comme pour tant d’autres endroits, le petit gibier sédentaire faisait figure de martyr.

Lire la suite »

Pages