Actualités

Chasse à courre Les altermondialistes sévissent

Chasse à courre Les altermondialistes sévissent
Altermondialistes s'opposant à une chasse à courre en Picardie Photo©Désobeir.net

Les adversaires de la chasse à courre ont de nouveau fait parler d’eux alors que la saison s’achevait. Cette fois, ce ne sont pas les “écoterroristes” qui se sont agités mais leurs cousins très proches, les altermondialistes. Après le blocage de supermarchés, de péages d’autoroute…, ils s’en sont pris à un laisser-courre dans le cadre d’un stage de « désobéissance civile » et « d’action citoyenne » organisé par Le Manifeste des désobéissants (www.desobeir.net). Ces non-violents ont voulu arrêter le déroulement d’une chasse à courre en Picardie, en l’occurrence du Rallye Nomade, avec comme tête de pont le collectif Forêt vivra (dont le dénominateur commun est d’être contre tout ce qui ressemble de près ou de loin à la civilisation occidentale, dont la chasse est l’une des abominations au même titre que le nucléaire).


 Arrivés à une trentaine (dont certains sont visiblement des descendants des révoltés du Larzac), ils ont cadenassé l’entrée du chenil (le film est visible sur leur site, avec en fond sonore, un rap antichasse à courre, aux paroles infantilisantes). Le maître d’équipage a immédiatement appelé la gendarmerie pour constater la voie de fait. Mais, ce que n’avaient pas prévu les altermondialistes (« la chasse à courre, c’est le plaisir de tuer avec torture », dit l'un d’entre eux), c’est que le chenil avait une porte vers l’arrière : la meute a pu ainsi sortir discrètement. Pendant ce temps, les écologistes étaient occupés par le président de l’équipage. Mais se rendant compte qu’ils s’étaient fait berner, ils ont essayé de retrouver la chasse en forêt de Saint-Gobain. En vain, sauf qu’un des leurs se perdra et le bruit courra même qu’il s’était fait kidnapper par des veneurs… Cette anecdote mise à part, l’équipage a porté plainte pour voie de fait et violence sur bien d’autrui, délit d’entrave à l’exercice de la chasse. Sans compter que la Société de vènerie et l’ONF se sont portés parties civiles.
*


 Quelques jours plus tard, dans la Creuse, comme depuis trois saisons lors d’une chasse à courre au renard dans une Acca, un petit groupe d’activistes, cachés dans un cimetière qui se situait à côté du rendez-vous, a voulu empêcher la chasse. Après intervention de la gendarmerie, le laisser-courre a pu se dérouler normalement. Mais la Société de vènerie s’étonne tout de même du fait qu’avec les saboteurs, se trouvait depuis le début une équipe de France 3 Centre.


 Ces incidents ne sont pas près de s’arrêter car Le Manifeste des désobéissants a organisé en février ses stages antichasse à courre à la Maison des initiatives citoyennes (sic!) sur l’île Saint-Denis.